Imprimer

Le chêne de Lola

Le chêne de Lola

  PRIX DU ROMAN REGIONAL decerné par le LIONS CLUB du district 103 SE.

Photo de Claire Strauss.  Le chêne de Lola. Auteure Claire StraussLe chêne de Lola. Auteure Claire Strausshttps://static.my-eshop.info/WebRoot/StoreTypes/7.1.0/StoreFR/BO/icons/img_xl_paypal.png

Un chêne pas comme les autres

J'ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir. La qualité d'écriture m'a portée et m'a tenue en haleine. Outre la promenade dans la Provence de la montagne c'est l'histoire de Lola confortée à des circonstances de vie particulière et à la maltraitance de sa mère prise dans ses propres délires et les maltraitantes qui en résultent pour l'enfant. Pour sauver sa peau l'enfant cherche naturellement évasion et sécurité ailleurs. Ce rôle protecteur est assuré pour Lola par Martha et le chêne qui offre un refuge, et permet l'évasion de Lola à la fois dans son imaginaire et dans la nature. C'est eux qui lui permettent de grandir et de devenir une femme capable de prendre son envol. Ce récit doit parler à beaucoup d'entre nous car nous avons tous un chêne et une Martha dans notre vie. Je pense que je vais me lancer dans la lecture du premier roman de Claire tant celui-ci m'a bien plu.
20 mai 2016
Après avoir lu Sur les pas de Jesse, le premier roman de Claire Strauss, je me suis laissé prendre par cette belle histoire de Lola, son chêne, ses amis et sa terrible mère. Une histoire vraiment différente mais une atmosphère toujours aussi réaliste. Beaucoup de descriptions de paysage, un style très personnel et attachant. un régal de lecture!
7 juin 2016
Lecteurs.com
Quel dommage ..... de refermer la dernière page !
Cette histoire est une pure merveille. La nature est omniprésente et c'est avec bonheur et empressement que l'on suit le parcours de Lola au milieu d'un monde rural où se côtoient une foule de personnages attachants et parfois mystérieux. Claire Strauss excelle dans la description de ce milieu montagnard si rude et si majestueux.
L'écriture est légère, limpide et on se laisse porter avec gourmandise par ce roman où l'on mesure toute la complexité des relations affectives au travers d'une singulière histoire familiale...
Un brin de magie apporte une touche féerique à ce récit pour lequel on repensera à n'en point douter lors d'une prochaine randonnée en forêt ...!
Pour moi ...une vraie réussite !!! Bravo
Lecteurs.com

C’est entre une mère dépressive et un père réduit en cendres que Lola est entrée dans la vie. Sa mère la délivre enfin de la « prison » parentale lorsqu’elle a six ans, pour obéir à la loi de la scolarisation obligatoire. Enfant ou petite bête sauvage, habituée aux humeurs et aux inepties de sa mère, seule avec ses différences et face aux regards des autres, elle apprivoise doucement la société grâce à la complicité et à l’affection de Martha. Pour se construire, elle puisera sa force dans la nature des terres de Haute-Provence. Le lien qui s'établit entre la jeune sauvageonne, un chêne, et une nature bienfaisante lui permet de s‘extraire de la violence du milieu humain et de compenser les douleurs engendrées par l’absence de sentiments et par la complexité des rapports humains.

Une fable, un conte, plus qu’un simple roman, le livre de Claire Strauss est bouleversant. Dans cette histoire singulière, le lecteur vagabonde dans le monde des elfes ou d’autres personnages imaginaires qui accompagnent Lola dans sa construction. Parallèlement à l’histoire de l’enfant, c’est aussi une ode à la nature, tout en poésie, ainsi qu’un flash sur le combat très actuel pour la préservation du milieu naturel et de la faune sauvage.

L’écriture s’adapte au contexte, décrit aussi bien la violence du rejet maternel, les caractères parfois sournois des différents personnages, que la poésie du milieu salvateur où vont s’installer quiétude et apaisement. J’ai été séduite dès les premières pages, alors que le drame annoncé invite une note humoristique, presque déroutante quant à la direction que va prendre l’histoire.

Un roman d’une grande sensibilité que je recommande chaleureusement.

Babelio

Après le chêne de saint Louis, voici celui de Lola. Aucun rapport me direz-vous ! Encore que… On peut retrouver le côté bienfaisant et salvateur. Ce réconfort dont a manqué l'héroïne dès les premiers jours de sa vie. On ne peut pas dire que sa mère, Huguette, était tendre : « Elle me coucha sans ménagement dans mon nouveau lit et sortit en claquant la porte derrière elle (P6) ». Charmant, n'est-ce pas ? Et encore, ce n'est rien par rapport à la rencontre avec Robert, son père : « -Robert, mon chéri, je te présente ta fille. L'urne bien calée à mes pieds contenait les cendres de mon père. du bout de mes chaussons je la touchai, elle était dure et lisse (P5) ». Comment arriver à se construire avec tout ceci ? D'autant plus lorsque sa mère décline de jour en jour ? « Il ne restait d'elle qu'une enveloppe vide (P88) ». La nature est là, bien heureusement, avec son porte-parole au nom bien symbolique, Sylvia, sorte de fée-clochette ou d'amie imaginaire, comme vous le souhaitez…
J'avais aimé le premier livre de Claire Strauss, "Sur les pas de Jesse", et j'ai encore plus apprécié celui-ci. On retrouve le thème des adolescents mal dans leur peau à qui la vie n'a rien épargné. Mais ce rapport à la nature est touchant. L'écriture est toujours aussi fluide, très agréable à lire. J'ai passé quelques bonnes heures de lecture. Et rien que pour cela, je vous remercie très chère Claire !

Babelio

C'est avec un plaisir intense que je retrouve le monde de Claire Strauss, après "Sur les pas de Jesse", "Le chêne de Lola". Publié en second mais écrit en premier...
Claire c'est un univers celui de l'humain et de la nature, je souligne la beauté de la couverture: créée par son frère Morgan et très représentative du soin apporté par l'éditrice à ses auteurs.
Lire Claire c'est un rendez-vous avec l'émotion, pas celle larmoyante des mélos à l'eau de rose, non celle qu'engendre la vie, la nature...Une écriture lumineuse pour donner une âme aux êtres déroutés par la complexité des rapports humains, dans une société où la terre "mère" est bafouée.
Lola commence mal sa vie et elle n'y est pour rien, son père meurt quand elle naît et la laisse seule avec une mère qui ne surmonte pas son deuil, va de dépression en dépression, sans s'émouvoir du cadeau de la vie qu'est Lola.
"Il faut que tu trouves en toi la force d'être libre, que tu fasses ton chemin." lui dit la sage Sylvia.
Mais avant de trouver son chemin il lui a fallu accepter d'être transparente pour un monde dont elle n'avait pas les codes.
Deux femmes merveilleuses ont traversé sa vie mais cela lui a apporté des bienfaits sans soulager son fardeau qui a consisté à être adulte avant l'âge, à être la mère de sa mère bien avant que l'heure de la vieillesse de celle-ci ait sonné.
La petite fille va vous faire fondre par sa solitude, par ses désarrois et cet amour quel attend de façon pathologique et qui n'arrive pas et n'arrivera jamais car sa mère est comme une source tarie, qui n' a que jérémiades à offrir.
La jeune fille va vous épater par son courage et son opiniâtreté à avancer.
Que restera-t-il à la jeune femme pour se construire avec tout ça, des être humains difficiles à appréhender dans leur ensemble, une société ou l'indifférence et le quant-à-soi règnent ?
La nature est omniprésente et est le symbole d'une vie à préserver à tout prix. La Haute Provence nous est offerte par l'auteure qui la connait dans ses moindres recoins, et d'une plume inspirée elle nous emmène dans des paysages sublimes où nous pouvons voir, entendre la faune et la flore et percevoir ses multiples senteurs saisonnières.
L'éclosion de Lola se déroule sous nos yeux avec simplicité, le regard de Lola enfant est d'une justesse troublante.
Lola va rejoindre ses copains Poil de carotte, Tom Sawyer, Jean dit Brasse-brouillon( Vipère au poing), Rémi (Sans famille)etc...Vous remarquerez que ce sont des garçons, il y a beaucoup de témoignages sur des petites filles maltraitées (surtout témoignages d'inceste...) mais pas de petite fille héroïne d'un beau roman, avec Claire Strauss, c'est un oubli réparé et Lola restera dans les mémoires.
Jean Cocteau a écrit: Ecrire est un acte d'amour. S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture.
Je pense que l'univers De Claire correspond totalement à cela, un acte d'amour, à la vie, à la nature...
Remplies d'émotions, je referme ce livre, mais j'en garde l'empreinte de façon indélébile.