Imprimer

Sur les pas de Jesse

Sur les pas de Jesse

couv_cecile_

Retour lecteur de « Sur les pas de Jesse »

Je ne sors pas de la lecture d’un tel récit sans un tumulte dans le cœur. À toujours imaginer et vivre parfois les échappées belles, je pourrais en oublier les douloureuses, les désespérées, les tragiques.

Je ne sais si les personnages sont de réalité ou de fiction, mais qu’importe puisqu’ils existent là, avec leurs cassures, avec trop souvent leurs déchirures et leurs souffrances, avec parfois leurs petits bonheurs, avec leur ode à l’amitié et aussi celle à la liberté qu’ils paient le prix fort.

Bien sûr, l’avalanche de canettes de bières et autres sources de beuverie, l’abondance de joints et autres substances, les jugements à l’emporte-pièce, les comportements violents, feront grincer les dents des abonnés aux récriminations moralisatrices. Mais si ce livre peut faire un peu passer à ceux-là l’envie du mépris ou de la sentence, à chaque main tendue ou à chaque pouce levé, ce sera déjà ça.

En toute simplicité, l’écriture est soignée, le choix des mots précis, la lisibilité sans accrocs. L’ambiance y est lourde et émouvante, mais quelques séquences contemplatives, voire poétiques, m’autorisent à rêver pour l’auteure un bel environnement apaisé.

Octobre 2015

Bernard Gallois

Lecteurs.com

Donc je ne connaissais ni cette maison d’édition ni cette auteure, c’est donc sans a priori que j’ai démarré ma lecture. Je sais maintenant que ce roman n’est pas autobiographique (j’y ai souvent pensé tellement tout est bien décrit, avec justesse) et que l’auteure élève des ânes.

Babelio

Sophie est une lycéenne qui souffre. Comme certaines jeunes filles de son âge, elle éprouve un mal-être qui se reflète sur son corps : "Les derniers coups de ciseaux que j'ai infligés à ma chevelure n'ont rien arrangé. Durant cette dernière année, les esquisses de ma féminité se sont volatilisées. Mon sourcil droit est hachuré par une vilaine cicatrice : un vilain souvenir. Des cicatrices, j'en ai de nombreuses, sur la peau, dans le corps, et dans mon âme. (P5-6)" Aussi, lorsqu'elle rencontre Jesse, une marginale, elle est attirée par cette dernière et par son mode de vie... jusqu'à flirter avec l'impolitiquement correct. D'ailleurs, n'est-ce pas ce qu'elle reproche à cette société où l'intolérance l'emporte sur la liberté ? Cette même société qui la place dans des cases, une étiquette sur le dos car elle n'entre pas dans la normalité désignée subjectivement par cette dernière ! Comment, dès lors, ne pas comprendre son besoin d'évasion ?

Babelio

Tout d'abord merci à Babelio et aux éditions Langlois Cécile pour cet envoi suite à la masse critique Babelio. J'avais vraiment envie de lire ce roman après avoir lu le synopsis et j'étais également attirée par les objets présent sur la couverture qui sont un sac à dos bleu, des rangers roses et des canettes vertes. Et bien, ce roman est vraiment une très belle découverte. 
Sur les pas de Jesse est une histoire différente, un roman qui relate une rencontre pas comme les autres entre Sophie et Jesse. Sophie est une jeune lycéenne qui ne sait pas vraiment ce qu'elle veut faire dans la vie et qui se retrouve exclue de sa famille par rapport à son orientation sexuelle. Et puis un jour, au lycée elle va rencontrer Jesse, une jeune femme au caractère bien trempée qui c'est ce qu'elle veut et qui est sans véritable attache et ayant un lourd passif. Sophie, suite à cette rencontre va rapidement décider de quitter son ancienne vie pour partir vivre une sacré aventure et elles vont devenir inséparables. Au fil de la lecture on se rend compte qu'elles vont apprendre l'une de l'autre, grandir et aussi se compléter extrêmement bien.
L'auteur arrive à nous transporter dans la rue, où les rencontres sont fortement présentes, des rencontres accompagnées d'alcool et de drogues avec une scène inoubliable lors de la prise de LSD près d'une fontaine. Il y a également des rencontres amicales avec Luce et l'âne Héros mais aussi le jeune Mouche , le groupe de musicien bohème... mais aussi des rencontres dramatiques notamment une qui va être terrible tant pour les personnages que pour le lecteur. Bref, on va suivre le quotidien de ce drôle de duo de la recherche d'un véhicule motorisé qui va devenir leur « maison » à la recherche de travail mais aussi tout simplement leurs vies.
Ce roman est une fiction qui a le mérite de parler des sans-abris et c'est rare en littérature, c'est un sujet extrêmement intéressant, la frontière entre fiction et réalité est flou car la justesse des mots et bien adaptée. On a l'impression de vivre les conditions extrêmement précaires de nos personnages. C'est un roman sur l'aventure, le choix et la liberté. C'est une histoire touchante, la plume de Claire Strauss nous embarque dans cet univers qui est une ode à la route, la marche et beau message sur l'ouverture d'esprit et vers les autres. Pour finir, c'est le premier roman de l'auteur et j'espère lire d'autres ouvrages de Claire Strauss.