Imprimer

L'inconvenance du désastre

L'inconvenance du désastre

                                                                                              

cache_12772594

L'inconvenance du désastre. Auteur Fabien Mullerhttps://static.my-eshop.info/WebRoot/StoreTypes/7.1.0/StoreFR/BO/icons/img_xl_paypal.png

 

Retours lecteurs

Avril 2015

Je viens de déposer un retour lecture de "L'inconvenance du désastre" de Fabien Muller sur Babelio émoticône wink

"Je connaissais le ton gentiment impertinent, l'humour décalé, le sens de l'autodérision... grâce aux chroniques et autres publications sur les blogs/réseaux sociaux de Fabien Muller.
Avec la lecture de ce recueil, j'ai découvert une petite touche romantique, de celle qui plait bien aux nanas (comme celles qui ne se lassent pas de regarder "Pretty woman" ou "Dirty dancing" ;)) notamment avec la dernière nouvelle qui clôt joliment cette collection de textes sympas et vivement rédigés.
Chapeau également pour le choix de couverture. Un bel ouvrage à l'intérieur et à l'extérieur donc ! On passe un agréable moment de lecture à condition toutefois de ne pas se mordre les doigts trop fort lorsque les protagonistes frôlent le désastre !"

Sylvie

L’inconvenance du désastre m’a été offert en avril par ma mère qui vous a rencontré dans un salon du livre de je ne sais plus quel village de Basse-Normandie. Je l’avais abandonné, seul, au fond d’un placard humide (climat de la Guyane française oblige). Mon ebook acheté par manque d’une vrai bibliothèque dans nos contrés, occupant toute mon attention. Un jour de rangement, j’ai donc redécouvert ce livre et m’y suis plongée. En fond sonore, Ludovico Einaudi.

Votre écriture est simple mais efficace. Je n’ai pas votre don pour l’écriture. Mes mots trahissent souvent mes pensées. Trop, pas assez. Donc voilà, j’ai souri dès les premières lignes. Ah Orion! Je me suis reconnue dans la nouvelle sur Halloween! En lisant Grains de Fable, j’ai pensé : « mais pourquoi est-ce si dur d’exprimer ses pensées et ses sentiments ». Sans un coup de pouce d’un(e) ami(e) (ou ennemi(e)), que deviendrons-nous ? Resterions-nous seuls par peur d’aller vers l’autre ?

L’inconvenance du désastre qui ne m’attirait pas par son titre (trop philosophique pour moi ou tout simplement incompréhensible pour mes « deux neurones qui se battant en duel »), m’a pourtant séduite dès les premiers mots.

Continuer donc à nous amuser, nous faire philosopher, nous bousculer dans nos idées… je vais de ce pas, me procurer vos autres romans.

 

"La lectrice d’Egreville est de retour. Après le salon du livre où j’avais acheté Le journal d’un écrivain sans succès, je suis passée à la librairie et j’ai acheté vos livres disponibles.

Cette fois j’ai poursuivi avec l’Inconvenance du désastre. Rien que le titre donne envie de se plonger dans la lecture. Et je me suis noyée dans votre écriture que j’adore.

D’abord Orion, alors là franchement, dès la première page, la description des yeux de la femme est à tomber ! Je l’ai relue 20 fois, et on se dit que l’homme qui écrit un truc pareil est d’un lyrisme et d’un romantisme à vous renverser (surement sur le canapé…) Vite il faut que je lise la suite.

J’avance dans la lecture, je décolle dans un monde parallèle, j’atterris de nouveau dans l’évocation des difficultés des relations homme-femme que je connais bien. Au restaurant, dans un train, un avion, au boulot, on a en nous des tas d’histoires similaires et ça fait du bien de se dire qu’on n’est pas seul dans le même constat de désastre sentimental incongru.

Merci pour ce livre qui fait du bien à l’âme, au cœur, et qui nous fait finalement tourner en dérision nos propres histoires ratées.

Laurence"

"La lectrice d’Egreville est de retour. Après le salon du livre où j’avais acheté Le journal d’un écrivain sans succès, je suis passée à la librairie et j’ai acheté vos livres disponibles.

Cette fois j’ai poursuivi avec l’Inconvenance du désastre. Rien que le titre donne envie de se plonger dans la lecture. Et je me suis noyée dans votre écriture que j’adore.

D’abord Orion, alors là franchement, dès la première page, la description des yeux de la femme est à tomber ! Je l’ai relue 20 fois, et on se dit que l’homme qui écrit un truc pareil est d’un lyrisme et d’un romantisme à vous renverser (surement sur le canapé…) Vite il faut que je lise la suite.

J’avance dans la lecture, je décolle dans un monde parallèle, j’atterris de nouveau dans l’évocation des difficultés des relations homme-femme que je connais bien. Au restaurant, dans un train, un avion, au boulot, on a en nous des tas d’histoires similaires et ça fait du bien de se dire qu’on n’est pas seul dans le même constat de désastre sentimental incongru.

Merci pour ce livre qui fait du bien à l’âme, au cœur, et qui nous fait finalement tourner en dérision nos propres histoires ratées".

Juillet 2014 Laurence

 

L’INCONVENANCE DU DESASTRE

Auteur : Fabien Muller

Dès les premières pages, on se laisse séduire par la personnalité de l’auteur, son autodérision, son culte du détail qui défrise, sa passion pour les femmes, ses efforts de compréhension. Il tente avec humour d’analyser, de se rapprocher, d’aimer en quelque sorte. Mais bientôt la magie n’opère plus. De l’amour passion, il ne reste plus qu’un souvenir lumineux et intense. Le désastre est disséqué. L’autopsie de l’amour défunt se solde par un constat d’échec. Ce dernier est un tremplin vers la réussite, celle qui consiste à mieux ressentir et accepter les différences entre un être féminin, auréolé de mystère, et un être masculin, cartésien, raisonneur, peu enclin à se laisser circonvenir. Il feint l’indifférence mais, au fond de lui-même, il est subjugué. Pourtant il se heurte à une incompréhension mutuelle. Entrer dans l’univers de l’auteur est un réel plaisir. Fabien Muller, un nom à retenir. « L’inconvenance du désastre », un livre débordant d’espoir.

Le 16 Février 2014 Anne Stien Auteure Critique littéraire

 

Martine  : "Je viens de le commencer et je dois dire que

c'est un super remonte moral ton bouquin. Je ris dès le début et je pense que

je vais le lire jusque ce soir !"

Février 2014

 

Claude Colson J'ai profité d'une mini-op. à la main droite ce matin pour finir le livre de Jean-Fabien Auteur : outre mon com. précédent pour Copie conforme je peux ajouter ceci. Des nouvelles de diverses longueur, d'à peine 2 pages à 69 (ça ne s'invente pas !) et toujours la relance de l'intérêt, sans relance à vrai dire car ce dernier (non, pas JFab) ne faiblit pas ; il n'en a pas le temps. Connaissant un peu l'auteur, j'allais dire le bougre (pas mal le prendre) je dois avouer que sa novella finale m'a étonné. Cécile avait raison de le prédire. Un ou plutôt de très bon(s) moment(s).

Février 2014

 

"J'ai pris beaucoup de plaisir à te lire. "Grains de fable" est drôle et touchant, surtout touchant. Orion est super. Le début et la fin de "copie conforme" excellents, d'un ton qui sonne juste. Bref, on pourrait parler de toutes tes nouvelles qui me sont apparues plutôt régulières dans l'esprit et finalement le héros récurrent que j'appellerai "nostalgie" (au sens ethymologique du terme) trouve bien son issue dans l'épilogue de "Grain de Fable". Merci"

Mars 2014

 

A un récent salon du livre, j'ai rencontré l'auteur et son éditrice Je me suis laissée séduire par leur côté enjoué et l'humour de F Muller et ai pris cet ouvrage. Je viens de le lire très rapidement. Conquise par le style et son autodérision, j'ai particulièrement apprécié la première (Orion), la quatrième (La fille de la pluie) et la dernière de ses nouvelles (Grains de sable). Il m'avait dit que c'étaient des rencontres amoureuses mais c'est plus que cela. Il parle beaucoup de lui dans ces pages mais avec humour et autodérision. Un petit bijou.

Par fanfan50, le 09 avril 2014

 

Son style est surprenant. Beaucoup d'introspection mais en touches légères. Très moderne comme approche. Un jeune homme qui narre ses aventures amoureuses avec beaucoup d'humour et de légèreté. Un régal de lecture.

Françoise THOMAS,le  09 avril 2014

L'inconvenance du désastre

Original, très drôle, on a plaisir à lire ce livre !

Une hollandaise Melle Désirée .

3 mai 2014