Imprimer

Un carrousel sur la mer,du sang et des coquelic...

Un carrousel sur la mer,du sang et des coquelicots

Un carrousel sur la mer. Du sang et des coquelicots.

Avis de lecteurs

Je viens d'achever ton dernier roman.
Comment dire.... Lu quasi d'une traite.... Et je ne trouve pas vraiment les mots, pour moi, c'est tout simplement (avec toute la classe que cela suppose) c'est SUPER !
Je n'exagère nullement. Plus une lettre d'amour qu'un policier. L'intrigue policière (moi qui n'aime pas trop cela) est finalement discrète et tenace. Efficace aussi.
Je compte faire une recension pour la revue du Bibliothécaire mais il me faut encore un peu de temps (je te tiendrai au courant)
Vraiment, je le répète, c'est un très très beau roman, dense et sensible, avec une écriture sans fioritures et tout en finesse. J'ai adoré et me dis que je devrais 
le relire pour m'attarder sur quelque sujet ou l'autre, car .... Tout y passe et on ne s'en laisse pas. C'est bien là tout l'art du romancier.
BRAVO.... On en redemande

............................................................

Anne Stien

 

L’originalité du thème, la qualité de l’écriture, la densité des émotions ressenties, le fait que le personnage principal soit privé de la vue, tout cela nous interpelle.
Le mystère entoure la dame inconnue, à la fois confidente et amoureuse, fantasme d’un homme sans regard extérieur mais combien subtil et profond tant il est vrai que l’imagination des sens est infinie.
On ne peut s’empêcher d’évoquer le film « Parfum de femme » où Vittorio Gassman nous éblouit par son excellente interprétation.
Au final, le roman de Bernard Dupuis frappe en plein cœur. Il incite à l’introspection et balaie d’une rafale de mots tout ce que l’être humain tente d’édifier.  Il nous est alors évident que les forteresses, les palais, les gratte-ciel, les bastides ne sont que de hauts murs stériles.
Nous sommes bien en littérature. Aucun doute n’est permis.
Et puis il y a Mozart.