Imprimer

L'idéal Paradoxa

L'idéal Paradoxa

                                                                                                     cache_18517945

L'idéal Paradoxal

Alex Kurtz

 

Retours lecteurs :

Voici mon retour relatif au livre d'Alex Kurtz :

Quel beau livre ! Rires, voire éclats de rire, drames exprimés si délicatement, si poétiquement et parfois si brutalement.

Pour tout dire, le titre « L’idéal Paradoxa, le premier mot « Nystagmus », m’effrayaient quelques peu, il y a de quoi tout de même ! La couverture guère plus explicite, m’intriguait tout autant. Pourtant, quelque lignes plus tard, j’oubliais mon appréhension et me laissais portée par le maniement des mots de l’auteur tel un Guillaume Tell du cœur : il vise, il touche.

Ce premier livre est une petite pépite et ne peut nous laisser ni insensibles, ni indifférents.

A lire et à relire.

Elisabeth L.

25 mars 2014

 

Voici ce que j'en pense de l’Idéal Paradoxa.

C'est écrit.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut dire pour moi qu'il y a un style, un style dans lequel et par lequel on est "embarqué" tout de suite. Et c'est d'autant plus fort qu'en même temps, c'est du langage d'aujourd'hui, et que pour avoir un style en employant ce langage nouveau, il fallait le faire.

Je crois, et je n'ai pas de raison de dire des flatteries, qu’Alex Kurtz est un véritable auteur.

Jean-Claude S.

28 mars 2014

 

J'ai lu le bouquin : enchanté suis-je, j'aurais beaucoup à en dire. Alors en un mot ou deux : je me suis revisité, et de la  crainte suis passé au sourire gourmand. Merci.

Christian E.

29 mars 2014

 

Pour une fois, j’ai pris le temps d’une pause aux bords de Marne, le soleil était radieux, et moi, lectrice, je fus à mon tour superbement radieuse après cette magnifique détente.

Que de bonheur à vous lire Mr KURTZ Alex !

Catherine B.

30 mars 2014

 

Beau moment de lecture et très surprise par la maturité de l'écrivain lorsque l'on connait son âge ! J'avoue que la balançoire m'a bien fait rire et d'autres textes m'ont beaucoup ému comme Je te platonique. Longue et belle route littéraire à Toi Alex Kurtz.

Patricia. L.

02 avril 2014

 

J ' attends avec impatience le 2e opus, je retrouve Desproges, il a l'art de tout dire en une phrase et le talent de tout dire en un mot. Il se relit et relit... avec de quoi relever ses jeux de mots...

Le génie d’orienter notre regard en laissant libre notre esprit. Le caméléon c'est le lecteur qui se met à la couleur du mot sur lequel il se pose... avec le pouvoir d’ invoquer sa propre expérience rendu possible par l' altruisme de notre auteur... qui a fait un livre pour ses lecteurs !

07 avril 2014

Aurélia A.

 

Eh bien, beau travail, je suis admirative de la maîtrise de la langue... Surtout pour quelqu’un d’aussi jeune: on dirait qu’il a englouti toute la bonne littérature, qu’il l’a digérée pour faire totalement sienne la langue française. C’est impressionnant cette virtuosité à plier la langue, à renouveler les clichés et les lieux communs pour leur redonner du souffle et du sens.. Pour moi, il faut mettre toute cette maîtrise linguistique au service d’un sens qui interroge la seule question qui fait sens pour moi: où allons-nous? Voilà en toute sincérité, la forme est brillante et elle gagnera à se mettre au service d’un fond... Mais ça, ce n’est que mon avis de lectrice un peu vieille!

Merci de m’avoir fait découvrir ce livre original et bien écrit.

Fabienne L.

8 avril 2014

 

C'est avec plaisir que j'ai lu les nouvelles d'Alex KURTZ. Son style original et plein de fraîcheur m'a fait rire et m'a émue également. Ses métaphores pertinentes et originales donnent à réfléchir tout en nous confrontant aux réalités de la vie. J'ai été impressionnée par son style d'écriture et sa grande imagination verbale.

Corinne L.

8 mai 2014

 

J’ai fini de lire l’Idéal Paradoxa, l’auteur sait manier les mots ! C’est vraiment un virtuose en la matière. Pour moi, ce n’est généralement pas mon genre de livre mais je l’ai lu en peu de temps et apprécié l’exercice. Des débuts prometteurs !

Isabelle N.

9 mai 2014

 

Un livre à faire voyager entre de nombreuses mains, inattendu et drôle. Une introspection et une observation de ses contemporains  sans concession dans un style étonnant.

J'ai vraiment été ravie par ce bon moment de lecture. Merci.

Isilda D.

12 mai 2014

 

Quel texte foisonnant, riche et difficile ! Oui, difficile car il exige du lecteur une attention et une volonté, la volonté de ne pas passer à côté, de décrypter cette langue qui est la nôtre et qui nous semble pourtant étrangère … Etrangère, elle me l’était ma langue, j’ai l’impression d’être comme un petit enfant qui apprend à lire.

Comment ??? Pendant des années, j’ai parlé de lapsus et jamais, jamais, je n’en avais soupçonné ce sens si magnifiquement évident qui me fut pourtant révélé par Alex Kurtz ??? Oui, ce livre m’apprend ma langue, me révèle des saveurs insoupçonnées derrière ces mots que je croyais pourtant , et si naïvement, connaître … Surtout lire lentement, relire, encore et encore, en cherchant ce qu’on avait peut-être laissé passer, ce qu’on avait sûrement laissé passer … Habitués aux textes bêtement, car seulement, narratifs, on en vient à oublier ce seul plaisir du mot ; il m’a fallu tomber sur ce texte pour, enfin, retrouver ce plaisir premier, celui du déchiffrage qui précède le sens. Quelques secondes parfois pour comprendre l’écran pommé, le sadique à fouetter ou le masochiste au bord du cuir, quelques secondes jouissives, pour poursuivre la métaphore, quelques secondes qui font toute la richesse du livre.

Alors, c’est vrai, je me suis peu intéressée à l’histoire, et d’ailleurs, un mois après la lecture, je crois bien que je l’ai oubliée … Mais j'ai eu le plaisir de me faire ma propre lecture, et c'est en cela que ce texte est jubilatoire. J'ai joué avec mon écran paumé/ écran pommé, je me suis amusée donc le pari est réussi, j'ai communiqué avec mon livre, je me suis fait ma propre histoire, pardon Alex Kurtz, de ton livre, j’ai fait le mien ... J'apprends enfin à prendre mon temps, à déguster et j'adore l'exercice ! Et je sais que je n’oublierai pas cette renaissance du verbe, ce plaisir de la relecture, juste pour vérifier si quelque pépite de jeu de mots ne m’a pas encore échappé, cette redécouverte de ma langue française, que je pensais maîtriser, et qui recèle encore, grâce au talent d’Alex Kurtz, tellement de recoins inexplorés …

A quand le prochain ?

Isabelle A. 25 juin 2014

 

Un livre surprenant, séduisant, dont on se souvient. Il faut attendre l'instant propice pour le lire, car l'on ne peut être passif à la lecture d'un ouvrage aussi riche qu'amusant. Comme un plat rare, il se savoure, page par page, aussi rythmé qu'un bon morceau de jazz. On sourit, on s'interroge, on le relit, et on sourit de nouveau. C'est un plaisir unique et inattendu. Idéal tout court, pour un moment de détente comme je les aime, où l'on se laisse gentiment emporter...

Hervé N .9 juillet 2014